Fournisseurs

Signé...

Mon Blog

Nouveauté 2021 : Blog perso Mieux-être au naturel www.blog-com-eli.com

Suivez-moi sur

TWITTER : enlettresdimage sans le "s" final

INSTAGRAM : enlettresdimages

Conseillère

- Statuts en attente, suite à l'arrêt de mon EI en février 2020 - Cosmétiques naturels - Bio et Compléments alimentaires

5 cartes postales Condition féminine

5 cartes postales Condition féminine Agrandir

Condition féminine (écrits et cris). Corps morcelés, déconstruits, parcellisés. Une partie du corps pour dire le tout de la condition féminine. L'artiste Elisa FIASCA nous fait voyeurs de « bouts » d’histoires de femmes. Cartes 10,5 X 15 cm.

Plus de détails

Disponibilité : Cet article n'est plus en stock

5,00 €

5 cartes postales sur la condition féminine

  • Avortement
  • Cendrillon
  • Éducation intégriste
  • L'inconnue
  • Poulette

 

CONDITION  FEMININE


Corps morcelés, déconstruits, parcellisés. Une partie du corps pour dire le tout de la condition féminine. Du défendu, de l’interdit de la représentation du sexe féminin au re-créé, Elisa FIASCA nous fait voyeurs de « bouts » d’histoires de femmes.

Quand je regarde les réalisations de cette série, taillées dans le « vif du sujet », chaque œuvre individuellement me fait violence. Mais je peux en avoir deux lectures possibles une politique et sociale l’autre plus affective et personnelle. Je peux être effrayée car ces bricolages sont des surfaces auto-réfléchissantes et accepter de me voir mise à nu n’est pas forcément chose évidente. J’y vois mes défauts et mes failles exposés. Comme je vois aussi les blessures, les outrages infligés à d’autres femmes. C’est à la fois moi que je regarde en regardant certaines de ses « Nanas »  mais c’est aussi toutes les autres femmes. Il y est question de nous femmes avec nos servitudes, nos limites, nos manques, la violence qui nous est faite, mais aussi notre plénitude, nos possibilités, notre sérénité et notre jouissance. Avec ces créations, j’ai à la fois un support de ré-appropriation fantasmatique de ma féminité et un appel à se libérer des carcans imposés. Ces « toiles » me touchent au cœur et au corps tout simplement car elles sont comme un flash sur la condition de la femme. Et si ces toiles me heurtent d’un uppercut à l’estomac, elles ne me mettent pas KO. Si le corps morcelé représenté ne répond plus aux canons de l’esthétique, il expose les images violentes de la condition des femmes. Mais s’il y a violence, elle est à chercher ailleurs, pas dans la création. Elle est à chercher du côté des intégristes, des marchands de sexe, des moralisateurs, des censeurs, des pater-familias et des machos car l’exposition de cette multitude de sexes féminins juxtaposés est plutôt une déclaration d’amour compassionnelle de l’auteur pour la femme, pour les femmes. Elisa FIASCA a à la fois un regard acéré, sans concession sur les femmes mais aussi affectueux et bienveillant. Et, ses réalisations, comme une conscience sociale,  sont porteuses d’un appel à la révolte. Une sorte de plaidoyer social pour la libération des femmes. Mais pas seulement car elles portent aussi le message de la liberté de désirs de chaque femme. Ces images/miroirs peuvent nous permettre, parce que nous les avons sous les yeux comme une outrance, de briser les chaînes acceptées ou subies et nous libérer des contraintes et des servitudes. Si nous pouvons regarder en face, les assemblages de l’artiste, nous verrons qu’ils portent cet appel de liberté et de transformations sociales tout autant que psychiques et personnelles.
Et tant pis pour les « peine à jouir »,  les « culs serrés »  et les « fesse-mathieux  de l’amour » s’ils ne veulent pas voir. S’ils ne sont que dérangés par cette série. Ils resteront à la porte. Et ne seront que heurtés sans être touchés. Pour ceux -rares peut être- et pour celles qui acceptent de se laisser déranger et transporter, ils pourront approcher l’expression de la liberté de la jouissance de la Femme, indomptée, hors normes. Car il y a bien plus que la quête de référence et d’identités sociales contenues dans ces représentations. Il y a aussi exploration de l’intime. Au-delà de l’organe exposé il y a évocation de la fonction du corps comme lieu du plaisir, parfois tarifé. Le corps comme lieu potentiel de la jouissance. La représentation du désir, des désirs comme possibilité de transformations.

Elisa FIASCA dit l’identité féminine unique, multiple et universelle. Elle raconte une « Histoire de femmes… », même quand elle parle du masculin, l’œuvre d’Elisa FIASCA dit nos identités muettes, bafouées,  mais nos identités en devenir et revendiquées de femmes.

Sylviane Jacquinod


Reproductions. Dimensions et caractéristiques des cartes postales : 10,5 X 15 cm, tirage papier invercote G, 300 g/m², quadri recto, noir verso.

© Copyright, tous droits réservés
La mention "www.enlettresdimages.com - © Copyright, tous droits réservés" en filigrane n'est pas présente sur la carte postale. Elle signale les droits d'auteur de l'artiste Elisa Fiasca.